Actualités

Digital 1320699 340

Inbound marketing et social selling

Force est de constater que les mécanismes du marketing et de la vente ont fortement évolué avec le digital.

On peut aller plus loin en disant que le sens de la démarche commerciale s'est inversé.

Si on schématise, alors qu'il y a encore quelques années, nous étions dans un sens "sortant" (le vendeur faisait la démarche d'aller vers son prospect), aujourd'hui, nous sommes dans une démarche "entrante" où le but est d'attirer et de capter :

  • attirer le prospect,
  • le séduire, lui plaire
  • l'intéresser suffisamment pour
  • générer un contact,
  • vendre.

Cela avec les outils que nous offre le net : site internet, blog, réseaux sociaux...

On parle alors de marketing entrant, "inbound marketing" mais également de "social selling" (vente par les réseaux sociaux).

Pour mieux comprendre, penchons-nous sur leur définition :

Voici notamment celle donnée par le site Markentive sur l'inbound marketing:

" La stratégie Inbound Marketing consiste à mettre le site internet d’une entreprise au service de son business development. Cela repose sur deux étapes clés, à savoir la génération de trafic ou d’audience mais aussi sa conversion en contacts et clients. Pour y parvenir, l’entreprise produit un contenu de qualité, qui accompagne les prospects dans leur cycle d’achat en leur apportant une information utile. Cela peut s’opposer au marketing traditionnel qui implique généralement de s’inviter de manière péremptoire dans le quotidien des prospects (souvent non qualifiés) avec des messages promotionnels. Une recette qui, aujourd’hui, a atteint ses limites...."

Et celle concernant le "social selling" par Invox:

"Le social selling est un processus de recherche, de sélection, d’écoute et d’interaction avec des prospects potentiels via les réseaux sociaux. Il permet de détecter, d’accélérer et/ou de développer des business.... Le social selling ne remplace pas les techniques commerciales et marketing classiques (prospection téléphonique, mailing, salons, réseaux, etc.) ; c’est simplement un canal supplémentaire qui permet de générer plus de leads, de réduire le cycle de vente de vos équipes et potentiellement de mieux convertir."

Je concluerai avec un chiffre, cité par le Journal du CM dans son article " Social Selling : comment les petites entreprises tirent leur épingle du jeu" : "Aujourd’hui, 74% des acheteurs B2B effectuent plus de la moitié de leurs recherches sur internet avant de faire un achat hors ligne"

De quoi donner à réfléchir, n'est-ce pas?

Si vous souhaitez plus d'informations, je vous invite à rejoindre mon compte Twitter où je partage de façon très régulière des articles sur le sujet.

A bientôt!

Photo : Pixabay

Http o aolcdn com hss storage midas ba74a8c7d0ed45629ad2d03dfc129109 205678973 ccleaner png

Un virus caché dans CCleaner!

Attention, je partage ici une information importante concernant CCleaner et vous invite à lire l'article ci-joint :

article-huffpost-18 septembre 2017-ccleaner

 

"... La version 5.33 de CCleaner a été infectée par Floxif ( un malware, logiciel espion ). Celle-ci était disponible du 15 août au 12 septembre, sur le site officiel de CCleaner.

CCleaner a confirmé l'information ce lundi 18 septembre, en indiquant que depuis le 13 septembre, une nouvelle version de CCleaner (5.34) est disponible. Le fait de l'installer supprime automatiquement le logiciel malveillant..."

Si vous êtes utilisateur de la solution, lisez l'article et surtout vérifiez bien votre version!

 

Hammer 802296 960 720

Le recouvrement de créances simplifié

Sujet peu agréable et complexe mais malheureusement, que nous pouvons tous rencontrer : le recrouvrement de créances.

Sujet d'autant plus complexe quand il s'agit de "petites sommes" pouvant difficilement supporter la lourdeur et difficultés des procédures...

Aussi, le saviez-vous?

Depuis le 1er juin 2016, date d'application du décret, il est possible de recouvrer, de façon simplifiée, des créances dites "petites" soit en dessous de 4 000 euros, par voie d'huissier et ce, de façon, dématérialisée.

La plateforme de traitement des petites créances a été mise en ligne par la Chambre nationale des huissiers de justice (CNHJ).

Le créancier y formule sa demande, dépose son dossier et saisit ainsi un huissier de justice.

L'huissier de justice envoie au débiteur une invitation à participer à cette procédure.

Le débiteur a un mois pour y répondre.

Il peut le faire directement en ligne via la plateforme où il peut entrer en relation avec l'huissier, accepter la procédure et payer les sommes dues, ce qui mettra fin au litige.

L'huissier peut alors délivrer, sans autre formalité, un titre exécutoire (encaissement volontaire des sommes, saisie de biens ou saisie sur salaire par exemple).

En cas de refus du débiteur, la procédure simplifiée prend fin. Le créancier devra alors saisir la justice par une injonction à payer. Idem, en cas de dépassement du délai qui équivaut à un refus du débiteur.

Les frais occasionnés par la procédure sont à la charge exclusive du créancier.

Pour en savoir plus sur la procédure en elle-même et surtout la mettre en place, consultez le site dédié : https://www.petitescreances.fr

A bientôt!

 

Crédit photo : Pixabay

Internet 1181586 340

Générer du trafic sur son site internet

En voilà une bonne question me direz-vous! ;-)

Comment générer du trafic sur son site internet?! Une question que l'on se pose tous!

En ce sens, je vous invite à lire cet article très intéressant publié par Fidlid et dont voici, en résumé, les 7 préconisations :

  • Rédiger des articles de blog
  • Proposer le téléchargement d'ebook ou catalogue
  • Communiquer sur les réseaux sociaux
  • Profiter des évènements
  • Organiser un concours
  • Profiter de l'audience d'un partenaire
  • Travailler le SEO

Personnellement, j'ajouterais quelques points complémentaires dont l'abonnement et le référencement liés à sa profession, c'est à dire :

  • Etre présents dans les annuaires professionnels en ligne, reconnus dans son métier ou sa branche et le communiquer sur son site internet
  • S'il existe des réseaux sociaux liés à votre métier, bien évidemment, il faut y être présents
  • Relayer votre présence dans les réseaux locaux, vous êtes adhérents à un réseau de votre ville, département, région??... Dites le et affichez-le. Veillez bien à être présents dans leurs annuaires
  • En complément sur les articles de blog, pensez bien à relayer ceux-ci sur vos réseaux! ( Linkedin, Twitter, Facebook, Google +...)...

Cette liste est non exhaustive mais donne déjà quelques pistes pour faire vivre son site et ses réseaux.

Sur ce, je vous dis A bientôt!

 

Photo : Pixabay

Lexiris2015 introtrouver03

Interview sur Lexiris

Merci à Lexiris, annuaire des secrétaires et assistantes indépendantes, pour ce portrait!

Retrouvez mon interview et ma présentation via ce lien.

Facebook 2229910 340

Programme de formation Facebook

Le saviez-vous?

Facebook lance son programme de formation à l'attention des professionnels afin de nous apprendre à mieux maîtriser l'outil et développer son business.

Pour tout savoir et s'inscrire, c'est par ici :

https://www.facebook.com/business/e/boostez-votre-business

 

Crédit photo : Pixabay

Binary 1538721 960 720

Sécurité informatique : les préconisations de l'ANSSI

Dans le contexte informatique actuel mais pas seulement.... faire face à une défaillance de matériel, un virus, une casse, un vol ou autre...

Chaque jour, tous ces cas de figure nous rappellent, ô combien, la sauvegarde et la protection de nos données informatiques sont importantes et à ne surtout pas négliger.

En ce sens, l'ANSSI, agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, nous donne sur son site un ensemble de conseils qui va de la navigation sur le net au bon usage de l'informatique, etc...

Si certains s'adressent plus aux professionnels de la sécurité informatique, ils nous rappellent néanmoins les règles de base à respecter notamment lors de nos navigations sur la toile.

Voici ci-dessous leurs "10 règles de base" :

  1. "Utiliser des mots de passe de qualité. Le mot de passe informatique permet d’accéder à l’ordinateur et aux données qu’il contient. Il est donc essentiel de savoir choisir des mots de passe de qualité, c’est-à-dire difficile à retrouver à l’aide d’outils automatisés, et difficile à deviner par une tierce personne.
  2. Avoir un système d’exploitation et des logiciels à jour : navigateur, antivirus, bureautique, pare-feu personnel, etc. La plupart des attaques tentent d’utiliser les failles d’un ordinateur (failles du système d’exploitation ou des logiciels). En général, les agresseurs recherchent les ordinateurs dont les logiciels n’ont pas été mis à jour afin d’utiliser la faille non corrigée et ainsi parviennent à s’y introduire. C’est pourquoi il est fondamental de mettre à jour tous ses logiciels afin de corriger ces failles.
  3. Effectuer des sauvegardes régulières. Un des premiers principes de défense est de conserver une copie de ses données afin de pouvoir réagir à une attaque ou un dysfonctionnement. La sauvegarde de ses données est une condition de la continuité de votre activité.
  4. Désactiver par défaut les composants ActiveX et JavaScript. Les composants ActiveX ou JavaScript permettent des fonctionnalités intéressantes, mais ils présentent aussi des risques de sécurité pouvant aller jusqu’à la prise de contrôle par un intrus d’une machine vulnérable. En dépit de la gêne que cela peut occasionner, il est conseillé de désactiver leur interprétation par défaut et de choisir de ne les activer que lorsque cela est nécessaire et si l’on estime être sur un site de confiance.
  5. Ne pas cliquer trop vite sur des liens. Une des attaques classiques visant à tromper l’internaute pour lui voler des informations personnelles, consiste à l’inciter à cliquer sur un lien placé dans un message. Ce lien peut-être trompeur et malveillant. Plutôt que de cliquer sur celui-ci, il vaut mieux saisir soi-même l’adresse du site dans la barre d’adresse du navigateur. De nombreux problèmes seront ainsi évités.
  6. Ne jamais utiliser un compte administrateur pour naviguer. L’utilisateur d’un ordinateur dispose de privilèges ou de droits sur celui-ci. Ces droits permettent ou non de conduire certaines actions et d’accéder à certains fichiers d’un ordinateur. On distingue généralement les droits dits d’administrateur et les droits dits de simple utilisateur. Dans la majorité des cas, les droits d’un simple utilisateur sont suffisants pour envoyer des messages ou surfer sur l’Internet. En limitant les droits d’un utilisateur, on limite aussi les risques d’infection ou de compromission de l’ordinateur.
  7. Contrôler la diffusion d’informations personnelles. L’Internet n’est pas le lieu de l’anonymat et les informations que l’on y laisse échappent instantanément ! Dans ce contexte, une bonne pratique consiste à ne jamais laisser de données personnelles dans des forums, à ne jamais saisir de coordonnées personnelles et sensibles (comme des coordonnées bancaires) sur des sites qui n’offrent pas toutes les garanties requises. Dans le doute, mieux vaut s’abstenir…
  8. Ne jamais relayer des canulars. Ne jamais relayer des messages de type chaînes de lettres, porte-bonheur ou pyramides financières, appel à solidarité, alertes virales, etc. Quel que soit l’expéditeur, rediffuser ces messages risque d’induire des confusions et de saturer les réseaux.
  9. Soyez prudent : l’Internet est une rue peuplée d’inconnus ! Il faut rester vigilant ! Si par exemple un correspondant bien connu et avec qui l’on échange régulièrement du courrier en français, fait parvenir un message avec un titre en anglais (ou toute autre langue) il convient de ne pas l’ouvrir. En cas de doute, il est toujours possible de confirmer le message en téléphonant. D’une façon générale, il ne faut pas faire confiance machinalement au nom de l’expéditeur qui apparaît dans le message et ne jamais répondre à un inconnu sans un minimum de précaution.
  10. Soyez vigilant avant d’ouvrir des pièces jointes à un courriel : elles colportent souvent des codes malveillants. Une des méthodes les plus efficaces pour diffuser des codes malveillants est d’utiliser des fichiers joints aux courriels. Pour se protéger, ne jamais ouvrir les pièces jointes dont les extensions sont les suivantes : .pif (comme une pièce jointe appelée photos.pif) ; .com ; .bat ; .exe ; .vbs ; .lnk. À l’inverse, quand vous envoyez des fichiers en pièces jointes à des courriels privilégiez l’envoi de pièces jointes au format le plus « inerte » possible, comme RTF ou PDF par exemple. Cela limite les risques de fuites d’informations."

Pour plus d'informations sur le sujet, n'hésitez pas à consulter le site de l'ANSSI qui propose également un guide des bonnes pratiques de l'informatique et un guide d'hygiène de l'informatique, mais également, comme évoqué un peu plus haut, tout un tas d'autres conseils en la matière!

 

Source : ANSSI

Crédit photo : Pixabay

 

Bookkeeping 615384 960 720

Logiciels de comptabilité : nouvelles obligations à partir de 2018

A partir du 1er janvier 2018, tous les professionnels assujettis à la TVA, y compris ceux qui en sont exonérés (tout ou partie) ou qui relèvent du régime de la franchise en base de TVA!

auront l'obligation d'enregistrer les paiements de leurs clients au moyen d'un logiciel de comptabilité ou d'un système de caisse sécurisés et certifiés;

le but étant de lutter contre la fraude à la TVA.

En d'autres termes, à partir du 1er janvier 2018, tous les professionnels devront facturer et saisir leurs règlements au moyen d'un logiciel de comptabilité devant répondre aux conditions suivantes :

- inaltérabilité, le logiciel devra conserver les données d'origine enregistrées et les rendre inaltérables, donc non modifiables.

- de sécurisation, le logiciel devra sécuriser les données d'origine, les données de modifications et les données permettant la production des pièces justificatives émises.

- de conservation et d'archivage des données, le logiciel devra prévoir une clôture, à l'issue d'une période etpermettra l'archivage des données enregistrées.

- attestées par un certificat délivré par un organisme accrédité ou par une attestation individuelle délivrée par l'éditeur.

En cas de contrôle, l'absence d'attestation sera soumise à une amende de 7 500 € par logiciel ou système non certifié, le contrevenant devant régulariser sa situation dans les 60 jours.

Pour toutes les entreprises, actuellement non dotées d'un logiciel de gestion ( facturation, suivi des encaissements...), il devient urgent de se doter et se préparer avant l'échéance ou même leur prochain exercice!

 

Sources :

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/actualites/A10279

http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/10691-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-DECLA-30-10-30-20160803

 

Crédit photo : Pixabay

 

Edit du 15/06/2017 : Bonne nouvelle!! Finalement, seuls les logiciels de caisse seront concernés par l'obligation : cf Communiqué de presse du gouvernement

 

E cigarette 1301670 340

Affichage obligatoire : nouvelle interdiction liée au vapotage

"Le décret d’application de l’interdiction de vapoter vient de paraitre.

Il oblige les entreprises à afficher l’interdiction d’utiliser la cigarette électronique à partir du 1er octobre 2017.

Dans les lieux de travail fermés et couverts à usage collectif, une signalisation apparente doit rappeler le principe de l’interdiction de vapoter et, le cas échéant, ses conditions d'application dans l'enceinte de ces lieux (Code de la santé publique, art. R. 3513-3).

Si le responsable des lieux ne met pas en place cette signalisation, il risque une amende de 3e classe soit 450 euros.
Décret n° 2017-633 du 25 avril 2017 relatif aux conditions d'application de l'interdiction de vapoter dans certains lieux à usage collectif, Jo du 27"

Source (article complet) : Editions Tissot

Crédit photo : Pixabay

 

Calculator 1680905 640

Les obligations comptables de la micro-entreprise

Si le régime de la micro-entreprise offre de la souplesse d'un point de vue comptable, il n'en demeure pas moins avec des obligations à respecter et ne pas négliger.

Voici, en susbtance, ce que précisent les textes :

"Le micro-entrepreneur, bénéficiant du régime fiscal de la micro-entreprise ou micro-social, doit tenir une comptabilité allégéeseul l'enregistrement chronologique des recettes et des achats est exigé.

Pour ce faire, le micro-entrepreneur doit tenir à jour un livre des recettes encaissées, ordonné de façon chronologique et contenant les mentions suivantes :

  • montant et origine des recettes,
  • mode de règlement (chèque, espèces ou autres),
  • références des pièces justificatives (numérotation des factures, notes, etc.).

Il doit également tenir un registre des achats qui précisera les références des pièces justificatives (factures, notes, etc.) et le mode de règlement des achats.

Pour effectuer l'ensemble de ce suivi, le micro-entrepreneur peut :

  • soit acheter des livres comptables papier (livre de recettes et registre des achats) dans le commerce,
  • soit télécharger les modèles officiels,
  • soit utiliser un logiciel comptable spécifique.

(Attention : A partir de 2018, les micro-entrepreneurs, comme les commerçants et autres professionnels assujettis à la TVA, devront enregistrer les paiements de leurs clients au moyen d'un logiciel de comptabilité ou d'un système de caisse sécurisés et certifiés.)

Lors de chaque vente ou prestation, le micro-entrepreneur doit remettre à ses clients une facture établie selon les règles communes de la facturation.

Toutes les factures ou pièces justificatives concernant les achats et les ventes de marchandises ou de prestations de services doivent contenir les mentions obligatoires et être conservées pendant 10 ans après la clôture de l'exercice.

Étant sous le régime fiscal de la micro-entreprise, le micro-entrepreneur n'est pas soumis à la TVA. La prestation fournie ou la vente réalisée est donc facturée hors taxe (HT). La facture doit porter la mention suivante « TVA non applicable, art. 293 B du CGI ».

Quelle que soit l'activité exercée, le micro-entrepreneur est soumis à l'obligation de détenir un compte bancaire dédié à l'ensemble des transactions financières liées à son activité professionnelle.

Il ne s'agit pas obligatoirement d'un compte qualifié "de professionnel" par les banques, cette appellation étant purement commerciale. Le micro-entrepreneur peut utiliser un compte courant pour des prestations plus réduites, mais ce compte doit être séparé du compte personnel."

Et vous, êtes-vous à jour?

Source : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23266

Crédit photo : Pixabay

Facebook 76536 340

Communiquer sur Facebook

Lors de mes rencontres, la communication sur Facebook est un sujet qui revient régulièrement :

Comment l'utiliser ou la pratiquer au mieux?

Voici donc quelques conseils pour optimiser celle-ci.

La 1ère chose, dans le cadre d'une communication professionnelle, est de ne pas confondre profil personnel et page professionnelle.

La communication de votre entreprise ou activité, doit, avant tout et en 1er lieu, passer par une page professionnelle dédiée.

Rien ne vous empêche de partager votre actualité pro. sur votre profil personnel mais n'oubliez pas que celui-ci est "confidentiel". Votre profil personnel est à votre nom à vous, et seules les personnes "amies" pourront voir vos plublications, qui ne pourront pas forcément être partagées, contrairement à une page pro, accessible à tous.

Pour la rédaction de vos publications, n'oubliez pas à qui vous vous adressez et quel est le message que vous souhaitez faire passer. Que souhaitez-vous que vos clients, prospects, prescripteurs...retiennent? C'est à eux qu'il faut penser en écrivant et en publiant. Ainsi, vous saurez adapter le ton de votre communication qui est également très important.

Pour ce qui est de la longueur du texte, attention, soyez clair, concis et efficace et agrémentez vos communications d'un visuel en cohérence afin d'imager votre propos. Cela permet au message d'être mieux vu et retenu.

Soyez réguliers. Une page Facebook, pour être suivie, a besoin de vivre et d'être alimentée. Newsletter, re-partage d'informations via des sites internet, actualités, publicité... Gardez toujours en mémoire que votre page est un lien avec vos différents contacts. Donc même si je n'ai pas moi d'information actuelle à communiquer, qu'est-ce que je peux leur faire partager et qui sera important pour eux? Qu'est-ce que je peux leur dire, sur moi, mon métier, leurs attentes...etc...

Afin de vous organiser, sachez que vous pouvez programmer vos publications. Vous n'êtes pas obligés de prévoir ou bloquer du temps à un moment donné pour publier une info sur votre page. Vous pouvez très bien programmer, à l'avance, une ou plusieurs publications aux dates et heures que vous souhaitez.

N'hésitez pas également à faire le lien entre vos différents supports. A savoir, si vous avez un site internet avec un blog, par exemple, partagez directement, depuis votre site, vos communications sur votre page Facebook et autres réseaux sociaux. Aujourd'hui tous les sites permettent ces partages qui se font en un clic et, en sus, contribueront à son référencement.

Enfin dernier point, peut-on s'aider de publicités sur Facebook? Eh bien, la réponse est oui. Pour mettre en avant une publication, votre page ou votre site internet, il est possible de créer une publicité sur Facebook. Pour ce faire, consultez la rubique "Gérer les publicités". Vous pourrez y définir le type, le temps de la campagne, le budget que vous souhaitez allouer, le message etc, etc... et suivre en temps réel l'impact de celle-ci, une fois en ligne.

Pour conclure et si vous souhaitez aller plus loin dans la communication sur Facebook, sachez qu'il existe des prestations et formations proposées par les Community Managers, experts dédiés à l'animation des réseaux sociaux pour le compte de professionnels.

Sachez également que dans le cadre de sa mission, kpb gestion peut vous accompagner sur ces sujets.

Crédit photo : Pixabay

Office 1146289 960 720

Présentation du métier d'assistante de gestion ou direction

 

Ou présentation du métier de kpb gestion.

Si nous devions définir ce métier en un seul mot, ce serait "Polyvalence".

 

Mais qu'est-ce qu'une assistante de gestion ou direction en PME ou TPE?

Quel est son rôle?

 

Pour reprendre les mots du CIDJ,  on la définit comme le "bras droit du dirigeant".

Dans une entreprise de petite taille ou de taille moyenne, il n'y a pas ou peu des services dédiés : comptabilité, communication, commercial, ressources humaines...Ces missions sont en partie tenues par le chef d'entreprise et/ou son assistante.

Le rôle de l'assistant va donc être de contribuer au bon fonctionnement de l'entreprise, à ces différents niveaux.

Bien souvent, il est le 1er interlocuteur de l'entreprise. Celui à qui tous les contacts, externes (clients, fournisseurs, cabinet comptable, services sociaux, fiscaux...) mais également internes (salariés) vont se référer pour toute demande.

Selon les entreprises, leur taille, leur activité... ses tâches sont multiples et très variées.

Dans une journée, il peut alterner entre gestion administrative ( standard téléphonique, courrier... ) suivi de commandes, élaboration de devis ou dossiers d'appel d'offre, relances commerciales, suivi de production...mais également facturation, relances d'impayés, gestion bancaire, commandes fournisseurs, etc...

Mais également participer à la communication interne et externe de l'entreprise (animation de réseau sociaux, rédaction d'articles, organisation d'évènements... ) et assurer la gestion administrative des ressources humaines ( organisation et participation au recrutement, DPAE, mise à jour du registre du personnel, préparation des éléments de salaire...)

Par ses formations, il a une approche affirmée et des connaissances dans chacun des domaines qui constitue la vie d'une entreprise et, à terme,  peut évoluer vers un poste de responsable des services ou se spécialiser dans un des domaines.

Pour en savoir plus sur cette fonction clé, qui pour vous, en tant que chef d'entreprise, peut vous apporter beaucoup, voici quelques liens qui vous permettront de mieux connaître, et je l'espère, apprécier notre métier! :-)

 

Le Parisien étudiant

CIDJ

ONISEP

Studyrama

 

Crédit photo : Pixabay

 

Software 417880 960 720

Pourquoi et comment choisir son logiciel de gestion commerciale

Mais tout d'abord, qu'est-ce qu'un logiciel de Gestion commerciale?

C'est un logiciel qui vous permet de centraliser, gérer, et piloter à partir du même outil, votre activité commerciale et préparation comptable.

Avec celui-ci, vous planifiez vos tâches : rendez-vous, envois de doc, relances... selon vos différents contacts renseignés. Vous réalisez vos devis, que vous transformez ensuite en commande, puis en facture lorsque la prestation est livrée ou réalisée.Vous gérez vos stocks, suivez vos règlements, relancez vos impayés, éditez des états, etc, etc...

Les informations comptables saisies peuvent, en général, être transférées directement au cabinet comptable.

Ce type d'outil constitue un "mix", plus ou moins simplifié, entre la CRM et l'ERP.

S'il existe des solutions génériques à faible coût pouvant s'adapter à différents types d'activités, il faut savoir qu'il existe également des solutions spécifiques, plus poussées, selon les métiers ( ex : formation, bâtiment...). Ces solutions plus poussées vous permettent, en général, de répondre à vos obligations légales selon votre métier mais également, parfois, de stocker des documents, gérer des plannings, etc, etc...

Les prix varient, bien évidemment, selon les spécificités des solutions et le nombre de postes à équiper en entreprise.

Une fois le logiciel installé, il faut considérer le temps pour personnaliser celui-ci avec vos propres informations ( articles, produits, prospects, clients, fournisseurs, représentants, etc...) puis son appropriation.

Dans le cas de solutions spécialisées, une formation de prise en main est en générale proposée. Sur les solutions type CIEL-SAGE ou EBP, il existe également des solutions de formation proposées par des revendeurs locaux.

Une fois que tout est en place, la base reste d'être très rigoureux dans son suivi et sa saisie pour que ce soit efficace!!

Mais quel bonheur de tout gérer à partir d'un seul et même espace! ;-)

Crédit photo : Pixabay

 

Online 2177692 960 720

La gestion des réseaux sociaux via les plateformes

Bonjour,

Je me permets de partager ci-dessous un article très intéressant de Ludovic Martin.com sur la gestion des réseaux sociaux, via les plateformes. ( cliquez sur le lien pour y accéder )

Je crois que tout chef d'entreprise, quelle que soit son activité, se trouve aujourd'hui confronté à cette problématique de temps face à la gestion de l'ensemble des réseaux sur lesquels, il nous faut être présents.

Ludovic Martin.com nous apporte un éclairage sur les plateformes qui existent à ce sujet et nous permettent, comme il le dit, de vérifier ce qui est publié sur nous et surtout de gérer ses publications sur l'ensemble de nos réseaux.

Je vous souhaite une bonne lecture et vous dis à très vite sur la toile!

Crédit photo : Pixabay